Mobilising African Civil Society around the importance of ICT policy for the development of the continent

 | ABOUT | HELP | CONTACT |
Themes|FRANCAIS| | 
Access
Censorship
Communication rights
e-Commerce
Gender
ICT Policy
Internet governance
Local content
Open source
Science & technology
Telecommunications
Training
All themes

 

Workshop statement English >> French >>
Draft Action Plan
Participants list
Press release
Information for participants [MSWord]
Agenda and papers
Notes and stories
Sponsors
Hafkin Prize Award
Contact information
Pictures

Declaration

Introduction

Un atelier sur les Politiques des TIC et La Société Civile organisé par L’ Association pour la Communication Progressive (APC), la Commission Economique pour l’Afrique (CEA), et (ARTICLE 19) la Campagne Globale pour la Liberté d’Expression, s’est tenu à Addis Ababa du 6 au 8 Novembre 2002. Quatre vingt deux représentants de la société civile venus de vingt cinq pays ainsi que des organisations régionales et internationales (CENUA, UNESCO, UIT) ont pris part à cet atelier afin de renforcer le rôle des organisations de la société civile dans les fora nationaux, régionaux et globaux sur les TIC.

Préambule

La Société Mondiale de la Société de l’Information (SMSI) a reçu une mission précise du Secrétariat des NU d’élaborer une vision claire de la manière par laquelle l’humanité veut bâtir des sociétés libérées de la pauvreté, de l’ oppression et des inégalités et de toute forme d’exclusion des avantages qui peuvent être tirés de l’information et des technologies de communication et de leur utilisation.

Les participants à l’atelier :

Reconnaissent :

  • Le rôle important que joue la société civile dans l’élaboration et la formulation des politiques nationales sur les TIC,
  • Que la SMSI doit être centrée sur le peuple, prendre en compte les questions de genre, se préoccuper du bien-être des communautés et leur accès aux outils, processus, services, technologies et opportunités de la communication,
  • Que l’utilisation des TIC en tant que mécanisme d’éradication de la pauvreté devrait constituer un élément principal dans cette quête internationale de justice économique et sociale,
  • Qu’il est nécessaire d’inclure la société civile et le secteur privé dans les fora nationaux, régionaux et internationaux d’élaboration des politiques des TIC traitant du développement de l’Afrique,
  • Que le NEPAD est le cadre régional qui s’occupe du développement de l’ Afrique
  • Que le NEPAD n’assurer la participation de la société civile africaine et que ses stratégies ne semblent pas être appropriées à un développement centré sur l’Afrique.

Reconnaissent :

  • La Déclaration de la conférence Know How de Kampala de juillet 2002
  • La Charte Africaine sur la Radiodiffusion, (CAR) www.misa.org, www.article19.org
  • La Charte de APC sur les Droits relatifs à Internet www.apc.org
  • La Déclaration de Bamako de 2002 – de la Réunion Préparatoire Africaine au SMSI
  • La Déclaration sur la Liberté d’Expression en Afrique de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples Octobre 2002. www.article19.org , www.achpr.org
  • L’Initiative Africaine sur la Société de l’Information (IASI)
  • La Déclaration de Bamako issue de la Réunion Consultative de l’Unesco et de la Société Civile précèdent la Réunion Préparatoire Africaine sur le SMSI de Bamako
  • La Déclaration du Caucus Groupe sur le genre de la réunion préparatoire 1 au SMSI juillet Genève 2002
  • La Charte africaine de la Radiodiffusion de l’Enfant

RECOMMANDONS :

1. BATIR SUR NOS PROPRES FORCES

Vue la centralité de la société civile dans le développement d’une société de l’information inclusive et la proximité des organisations de la société civile aux besoins des populations et de la société en général, les organisations de la société civile doivent jouer un rôle central dans le développement et la mise en application des politiques de TIC

Par conséquent, il est important que nous définissions nos priorites afin de construire une society de l’information inclusive en partenariat avec tous les acteurs

Le détail des actions entreprendre est dans le plan d’action attache a cette déclaration

2. LIBERTE D’EXPRESSION

Le droit à la liberté d’expression et de la communication est un droit humain individuel fondamental, ce droit comprend le droit à la communication et le celui d’accéder aux moyens de communication. Ces principes doivent être la base de toute régulation, politiques de développement des infrastructures.

La radiodiffusion constitue une NTIC importante dans le contexte africain vu sa capacité à atteindre un large public du fait de son coût de transmission relativement faible et de son aptitude à surmonter les barrières de l’ analphabétisme.

3. REGULATION ET CADRE FAVORABLE

Toute régulation et politiques de développement des infrastructures doit prendre en compte les questions de genres et évaluer de manière proactive les besoins des groupes vulnérables et marginaux, tels que les femmes, les analphabètes, jeunes les populations rurales et économiquement défavorisées ainsi que les handicaps.

Les Etats doivent s’assurer que les entreprises opérant dans le domaine des NTIC investissent dans le développement des infrastructures et délivrent des services aux zones non desservie et groupes marginaux et vulnérables.

Les Etats doivent développer des politiques d’infrastructures nationales accessibles, durables, adaptables et perfectibles qui assurent la croissance des NTC sans restrictions imposées par les standards actuels.

Les organisations de la société civile dans chaque pays doivent acquérir des connaissances sur les processus de régulation, se réunir et discuter d’une position commune et faire du lobbying auprès des gouvernements afin que ces derniers adoptent et mettent en œuvre des processus de régulation justes dans le domaine des TIC.

4. GOVERNANCE

Les Etats doivent adopter des législations et aider a la création d’un environnement favorable qui peut donner aux communautés la possibilité de développer des capacités nécessaires pour l’utilisation des TIC pour leur bien-être et leur développement

Le principe de l’accès universel doit inclure les aspects culturels, information/communication et éducationnels.

La société civile doit s’organiser et s’engager dans la gouvernance de l’ Internet au niveau local, national, régional. Au niveau international, la société civile doit s’engager auprès de l’ICANN dans le processus de gouvernance de l’Internet

Les organisations de la société doivent prendre part dans tous les processus consultatifs et être inclues dans les délégations gouvernementales au fora régionaux, et internationaux, notamment dans le processus du SMSI.

Le principe de la société de l’information et de la communication doit inclure la question de droits de l’homme, du développement économique durable et équitable et ne pas être limité aux questions technologiques et financières

Les organisations de la société civile doivent être encouragées à créer un mécanisme de coordination flexible prenant en compte les réseaux existants et les capacités d’élargissement. La mission de ce mécanisme est d’ encourager les discussions, de travailler envers l’inclusion plus grande des organisations de la société civile et des partenaires intéressés et de défendre une compréhension et position commune.

Les participants ont attiré l’attention sur le fait que développer les sociétés de l’information et de la communication suppose la promotion de la libre circulation de l’information et de la communication ainsi que la mise en place de soutien pour l’accès et la production des capacités surtout en tenant compte des sources ouvertes, des faibles coûts et des besoins appropries en centres sur les besoins des population en technologies.

Les participants ont reconnu que le processus de l’information et de la communication et des technologies doit être utilisé pour résoudre les défis actuels relatifs à la paix et la sécurité, le renforcement culturel, de la démocratie et du développement humain durable.

5. CREATION DE CONTENU, BARRIERES A LA PARTICIPATION ET DIVERSITES DANS LA SOCIETE DE L’INFORMATION

Notant les inégalités existantes et la domination de langues coloniales qui a empêché l’expression culturelle de la majorité de populations africaines ;

Les technologies de l’information et de la communication présentent une importante opportunité, et pourraient contribuer à diversifier la tendance actuelle dans l’appropriation des TIC et réduire les barrières à l’entrée au marché. Des mesures doivent être prises pour assurer l’accès des nouveaux entrants/entrepreneurs aux marché sans considération de genre, de location géographique, d’âge, de statut économique, de niveau d’alphabétisme ou d’ infirmité. Toute restructuration des marchés doit s’assurer que les ajustements ne conduisent pas à une plus grande dépendance ;

Considérant la faible représentation de l’Afrique dans la base des données de connaissances globale, il convient d’élaborer et d’encourager la création des bases de données locales d’information ainsi que l’acquisition de compétences dans le but de produire et de rassembler du contenu en des langues locales et officiels en tenant compte de formes de communication orales et traditionnelles.

Il convient de créer un environnement législatif favorable aux media africains qui prend en compte la convergence de technologies modernes et traditionnelles.

Il convient d’utiliser les TIC de manière proactive pour trouver des solutions aux écarts entre les gouvernements et la société civile, les riches et les pauvres en matière d’information, et de veiller à ce que les formats techniques accessibles facilitent le flux d’information qui peuvent combler les fossés numériques et assurent l’égalité.

Des tarifs doivent être abordables et faciliter l’accès de tout le monde. Ceci mesure impliquerait des tarifs subventionnés pour les personnes marginalisées et vulnérables.

6. SOURCE OUVERTE

Face aux changements et avancées rapides des technologies, et au coût exorbitant d’acquisition des disques durs et des logiciels, qui discrimine les OSC qui tentent de participer au développement des NTIC, l’existence de sources ouverte s’impose.

Il existe une tendance globale en faveur des solutions pour une source ouverte, ceux- ci sont devenues des options viables, durables pour la participation des OSC dans le développement des TIC.

Nous recommandons fermement la création d’une Fondation de Source Ouverte pour l’Afrique afin d’explorer et faire avancer une source ouverte pour le développement les TIC au profits de nos communautés.

7. TRANSFERT DE CERVEAU

La jeunesse africaine représente l’espoir pour le futur, le perdre au profit du transfert de cerveau n’augure pas bien pour le futur de Afrique. La jeunesse africaine doit être soutenue et motivée afin qu’elle puisse contribuer au développement du continent. Elle doit aussi être incluse dans tous les processus de prise de décisions affectant leur vie et celle de leur génération.

The workshop has been made possible thanks to the generous support of the International Development Research Centre (IDRC), HIVOS and the Open Society Institute (OSI).
Policy resources
Organisations
& initiatives
Events &
Campaigns
Statistics
'Chakula'
Newsletter
Research Reports
Click here >> for Research Reports on ICT policy and civil society in Africa  
Other Newsletters
Click here >> for list of popular newsletters on ICT issues in Africa  
Mailing Lists

Africa ICT Policy Monitor Project List - join this mailing list to receive our regular newsletter - CHAKULA and project information.

Civil Society Discussion List - engaging the African civil society in electronic dialog on information society development in the continent. The list is very active and is being used to prepare the African civil society to the World Summit on the Information Society (WSIS).

Click here >> for other mailing lists or discussion forums on ICT issues in Africa

Latest Chakula - Newsletter
CHAKULA ISSUE NO. 10, May 2004: Telecommunication policy trends in Africa – highlights of key issues >>
Initiatives
APC Women's Networking Support Programme for Africa has launched their new website! >>
WSIS

World Summit on the Information Society (WSIS): Latest round of News

APC Internet Rights Sites EUROPE | LATIN AMERICA | GLOBAL
The Africa ICT Policy Monitor is an initiative of the Association for Progressive Communications (APC)

Financial support provided by International Development Research Centre and .